Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/04/2015

Coustaussa : le chateau.

coustaussa.jpgAu nombre des châteaux satellites placés à la garde de Rennes-le-Château, Coustaussa (avec Blanchefort, Arques et Bugarach) avait vocation de surveiller la vallée de la Salz. Le nom même de ce village viendrait de Custodia (par contraction de Custoià), autrement dit Custode, qui signifie « gardien ».

C'est à l'initiative de Raymond Trencavel, vicomte de Carcassonne, que fut construit ce château. En 1157, il fit donation du village de Coustaussa à Pierre de Vilar, viguier de Redae, à charge pour lui d'y établir un point de défense.
Sans être très important, ce château, assis sur un rocher, faisait quarante-cinq mètres de façade. Protégé par un solide rempart, d'autres murs de défense disposés à intervalles réguliers à flanc de coteau en rendaient l'accès toujours plus difficile.
Considérant le vis-à-vis Coustaussa/Rennes-le-Château, on dit que les seigneurs respectifs de ces deux places correspondaient au moyen... d'un porte-voix. Ce n'est pas tout de le croire !

IMG_0001 (2).jpgCe château était-il construit en 1170 lorsque, dit-on, l'armée aragonaise d'Alphonse II déferla sur le secteur ? Redae aurait alors connu les affres d'Oradour. En tout cas, Coustaussa ne semble pas avoir trop souffert de cette proximité. En revanche, son déclin commença en 1210 lorsque sa po­pulation fit le choix terrible de résister à Simon de Montfort. Les repré­sailles furent impitoyables. Mal défendu, le château tomba comme un fruit mûr. Aucune maison n'échappa au pillage. En fin de compte, les croisés humilièrent les gens de Coustaussa, en les réunissant dans la cour du châ­teau et les obligeant d'assister à l'embrasement de leurs hardes et de leurs meubles. Longtemps, dit-on, subsistèrent des traces de calcination sur les moellons du rempart, près de la chapelle castrale.

IMG_0001 - Copie (2).jpgAux Vilar, dépossédés de leur fief, succédèrent la famille Montesquieu, de Roquefort-de-Sault. Ce bien leur IMG.jpgresta jusqu'à

la Révolution. Puis, il passa aux mains des Azaïs, d'Arqués. Mais la charge était trop lourde pour ces petits propriétaires fonciers. En 1819, préférant échapper à l'impôt, M. d'Azaïs prit le parti de dépecer le château. Il préleva ainsi sa charpente pour réparer un moulin, beaucoup plus rentable, endommagé par une crue. Aux gens du pays, il vendit également des pierres de taille.
C'est grâce à cela qu'un certain Fraisse offrit à M. Gabelle, collectionneur à Carcassonne, auteur de différentes communications pour le compte de la Société d'Etudes Scientifiques de l'Aude, une pierre armoiriée de 50 cm en carré, avec un écu sur sa face portant quatre chevrons renversés et concentriques.

Commentaires

J'aime beaucoup ce village ,mais je connais très peu son histoire .
Je vous remercie de combler cette lacune , nous parlerez vous un jour de son église?
Bonne journée Mr Vallet.

Écrit par : catoche cat | 11/04/2015

Merci pour votre appréciation. De l'église de Coustaussa, pourquoi pas... En revanche, c'est volontairement, que je n'ai rien dit du meutre de l'abbé Gélis, ayant déjà pas mal publié, dont le dossier d'instruction.

Écrit par : Vallet | 13/04/2015

Merci de votre réponse.....
Je parlais juste de l'église........je ne me permettrai pas ici de parler de l'abbé Gélis ce n'est pas le lieu...
bonne journée

Écrit par : Catoche Cat | 13/04/2015

Les commentaires sont fermés.