Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/03/2015

Niort-de-Sault : Le castrum Aniorti.

En suivant le défilé du Rébenty, le petit village de Niort est l'une des dernières localités avant l'Ariège. Ce bourg est dominé par un rocher énorme sur lequel s'élevait jadis un de ces nids d'aigle inexpugnables. II commandait le passage descendant de la plaine de Belcaire et du col des "Sept Frères".».

800px-Piton-niort[1].jpgConstruit à l'origine par les rois wisigoths, il fut inféodé par les premiers comtes du Rhedesium avant d'être attribué, au XIIe  siècle, à une branche des comtes de Cerdagne, qui prit le titre de barons de Niort, ou Aniort.  Entre frères, ils se partagèrent les châteaux ou places de Gesse, Montaillou, Dournes et Castelpor. On sait avec quel courage, les frères Niort s'opposèrent, dans le Pays de Sault, à la progression des armées d'invasion de Simon de Montfort. Jusqu'au bout, ils tinrent leur serment de fidélité envers Raymond Trencavel.
En 1240, enfin, ils se soumirent à l'autorité du roi de France. Con­sidérant leur rang, on leur accorda quelques prébendes et indemnités, mais ils perdirent leurs châteaux, leurs forêts et leurs villages.
Gesse et Montaillou furent démantelés. Castelpor, Dournes et Niort subsistèrent.  Louis IX songea même à améliorer encore les défenses de ce château, lorsqu'il signa, avec le roi d'Aragon, en 1258, un traité lui cédant les droits de plusieurs contrées frontalières, dont le Pays de Sault.

Trois siècles plus tard, ce pays avait réintégré le giron de la couronne de France, lorsqu'en 1573  les Escalier-niort[1].JPGtroupes calvinistes de Jean de Lévis s'emparèrent de la forteresse de Niort. Ce n'était plus alors qu'une position vétuste ayant perdue depuis longtemps son importance stratégi­que. Les Protestants dépecèrent cette vaste carcasse. Puis, les gens du cru achevèrent sa déchéance. De nos jours, c'est à peine si les vestiges qui en subsistent laissent deviner son ampleur d’antan.
Au cours des années 30, on pouvait encore suivre la trace de ses remparts et de ses tours. Actuellement, on ne distingue plus qu'un escalier de pierre dune douzaine de marches et une sorte de vasque qui pourrait être plus une fontaine qu'une ancienne citerne.

_______________________________________

REFERENCES DOCUMENTAIRES  : Courrent (Dr Paul) Excursion à la grotte de l'Aguzou et à Usson, Bulletin de la société d’études scientifiques de l’Aude , t.40, 1936, p.91 ;  Fédié (Louis) Le comté du Razès et le dio­cèse d'Alet (1880), pp.294-300; Coincy Saint-Palais (Mme) Donjons et, castels au pays des Cathares (1964), pp.301-306; Durban Itinéraire en pays cathare (1976),  pp. 91-92.

crédit photos : Wikipédia.

 

Les commentaires sont fermés.