Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/03/2015

Fa, la tour énigmatique.

Il plait souvent à lhistorien de déceler des origines fantasmatiques à des vestiges ou des monuments d'apparence « banale» Le cas de Fa est-il légitime ?

18_tour_fa[1].jpgOn fait généralement remonter le nom de Fa au locus Fanum qui signi­fie "temple" en latin. Mais, c'est faire abstraction d'une autre origine: quelquefois évoquée, Fabianum,du nom même de la petite rivière qui traverse le village, le Faby. Au Moyen Age, c'est la première syllabe qui a prévalu: Fa. On serait, cependant, bien en peine d'affirmer laquelle des deux expressions a été ainsi abrégée.
En tout cas, les premières observations de cette tour ne militent pas en faveur de la théorie d'un ancien temple. S'agit-il pour le moins d'un édifice de la période des Wisigoths, ainsi que se complaît à le supposer Louis Fédié ? Rien n'est moins sûr.
Concrètement, cette tour est de forme carrée, ses murs sont épais, bien construits et encore en bon état de conservation. A l'origine, elle était couverte d'une terrasse faisant office de toit, Mais, plus rien n'en subsiste.
A l'intérieur, si l'on en juge par les carrés d'engagement qui se voit dans les murs à 4 mètres de hauteur, il existait certainement un plancher soutenu par des poutres. Cette salle élevée était éclairée par une fenêtre donnant sur le Sud. Il est dommage que les habitants du lieu aient enlevé les pierres de taille qui formaient son encadrement.
Dans ce même esprit de récupération, ils ont également desceller les moëllons entourant le seuil de la porte d'entrée de la tour, ainsi que le linteau qui la surmontait. Il est probable que cette tour était le donjon d'un petit fortin dont il est encore possible de suivre les vestiges de l'enceinte. On  recon­naît, du côté Nord, les traces d'une porte.

Son site à donné lieu à différentes trouvailles, tels que des dé­bris d'armes et des monnaies, confirmant bien son ancienne occupation.
Quel était le rôle de ce poste militaire ? Vraisemblablement était-il destiné à surveiller les deux rives, du Fabi qui faisaient communiquer l'Aude avec l'Ariège. On ne saurait dire, en l'état des éléments recueillis, quelle importance ce castrum revêtait encore au moment de la croisade contre les Albigeois. Les textes sont silencieux à son sujet.
Il n'est pas invraisemblable de supposer que cette position fut réduite à discrétion après la prise de Termes, du Bézu et de Coustaussa, au moment où l'armée de Simon de Monfort convergeait en direction de Puivert et du pays de Mirepoix.
Aujourd'hui, la tour de Fa culmine, solitaire, sur son piton. Le chemin qui en permettait facilement l'accès, il y a encore une dizaine d'années, devient de moins en moins pratiquable. Une végétation touffue en complique la progression, d'autant plus qu'on peut y constater une forte proportion de serpents. Donc, avis !

___________________________________________
SOURCES DOCUMENTAIRES : Pagès (Antoine) Excursion du 18 avril 1927 à Fa, Espéraza et Couiza, in Bulletin de la société d’Etudes scientifiques de l’Aude, t. 27, année 1928, pp.48-50;  Fédié (Louis) Le com­té du Razès et le diocèse d'Alet,pp.125-126 (1880)

photo: pyrenesaudoises.com

Les commentaires sont fermés.