Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/03/2015

Villerouge-Termenès. Le bûcher de l'hérétique.

En 1982, puis pendant quelques années encore, chaque samedi précédent le 15 août, Villerouge prenait rendez-vous avec son histoire médiévale. A cette occasion, une série d'animations plongeait le village en plein Moyen Age, C'était la journée "Bélibaste" !
Bélibaste, c'est le nom d'un personnage que l'on présente générale­ment comme l'un des tout derniers parfaits cathares. Il mourut sur le bûcher en 1321, à Villerouge-Termenès, condamné par une sentence de l'In­quisition. Une reconstitution historique assez réussie, nous permettait alors d'assister à la "passion" de ce martyr. Si sa mort le rendit célèbre, sa vie est assez méconnue...

On sait qu'il naquit à Cubières, près des gorges de Galamus. Il était vraisemblablement le petit-fils d'un devillage_p[1].jpg ces faydits spoliés par Simon de Montfort.
Réduit à l'état de simple pâtre, il dut se résoudre à la clandesti­nité après avoir tué dans une rixe un autre berger. Cette haine qu'il devait concevoir envers les Français, responsables de sa vie misérable et de la ruine de sa famille, trouva à se canaliser dans la prédication.
Il allait, en effet, de village en village prêcher la foi cathare et enseignait aux humbles d'exécrer les prêtres de l'Eglise Catholique.
Arrêté une première fois, il fut jeté dans la fameuse prison de l'In­quisition dominicaine à Carcassonne, le "Mur". Mais, quelques temps plus tard, parvenant à s'en évader, il alla se réfugier en Catalogne, à Torroella-de-Montgri, dans la province de Gérone. Pour vivre, il en était réduit à fabriquer des peignes.
Dans cet exil, cependant, il fit la connaissance d'un Parfait, Raimon de Castelnau, de l'église cathare de l'Agenais. Cet ascète vit tout de suite en ce candidat un adepte convaincu.
A son tour, Bélibaste fit école. C'est à Morella, en effet, qu'il regroupa autour de lui un certain nombre de fidèles. Pourtant,  la qualité de son enseignement n'était pas toujours en rapport exact avec les dogmes, il ymêlait volontiers ses opinions personnelles.
Depuis sept ans déjà, Bélibaste pratiquait, cet apostolat, lorsqu'il fit la connaissance d'un certain Arnaud Sicre. Ce qu'il ignorait, c'est que ce personnage était à la solde de Jacques Fournier, futur pape sous le nom de Benoît XII, mais pour l'heure évêque de Pamiers et grand traqueur d'hérétiques !
Sicre avait passé un marché avec l'Inquisition, On lui restituait les biens de sa mère, Sybille d'En Bayle, brûlée vive en fervente parfaite quelques années auparavant, si l'homme permettait la capture de plu­sieurs renégats.
Ainsi, ce Judas parvint à capter la confiance de Bélibaste et à l'attirer à Tirvia où il facilita son arrestation.villerouge VODKA.jpg
Le pape obtint donc l'extradition du proscrit et son jugement, à Carcassonne. Présidés par l'archevêque de Narbonne, les débats abouti­rent à une sentence convenue: la mort par le feu. L'exécution eut lieu dans la cour du château de Villerouges. C'est un. endroit retiré, presque sauvage. On s'est étonné de cet éloignement, alors que les Inquisiteurs cherchaient généralement à terroriser le peuple par des bûchers spectaculaires. Mais, sans doute, faut-il y voir une ques­tion de prérogative puisque ce château campagnard appartenait à l'archevêque de Narbonne.

Aujourd'hui, une plaque commémorative rappelle ce sinistre épisode.

____________________________________
SOURCES DOCUMENTAIRES : Nélli (René) Dictionnaire des hérésies méridionales (1968), pp. 68-69; Duvernoy (Jean) L'Inquisition à Pamiers (1966); id°,  Le registre d'Inquisition de Jacques Fournier (1318-1325), 3 vol. (1965); Fournie (Jean-Yves) Guide en terre cathare (1978), p.126; Durban Itinéraires en pays cathare (1976), p.111 ; Coincy Saint- Palais (Mme) Donjons et castels en pays des Cathares (1964), pp. 369-372; Pagès (Marie-Jeanne) Ce pays qui cathare (1981), pp. 15.

Photos: DDV

Les commentaires sont fermés.